AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



  
 pain in my heart / mirka
Céphas Vlajac
Membre des Corbeaux Noirs
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
DATE D'INSCRIPTION : 18/05/2016
MESSAGES : 80
CRÉDITS : 1605
PSEUDO : the road.
AVATAR : jeremy irons.
COPYRIGHTS : babine.
 Sujet : pain in my heart / mirka   Dim 26 Juin - 16:50
[Pain in my heart]
Le ciel noir éclaire de ses étranges lueurs blanchâtres les rues désertes de l'île. Dehors, le froid mord les cadavres animés. Une odeur putride de morts vivants se dégage de la pénombre - les zombies sont dans chaque recoin. Au loin, parmi les corps mouvants, une ombre avance. De son long manteau noir jusqu'à ses mains gantées, on ne distingue que le pâle reflet de sa lame. Céphas a le pas lourd, empli de remords. Il y a au fond de lui comme une sensation de vide. Il a fui son nid, alors que les murmures incessants des Corbeaux ne cessent de croître. Il a préféré prendre une nuit de liberté, lui. Une nuit d'évasion, avant une journée chargée. Puisses le lendemain s'écrire, s'il ne périssait pas en cette sombre période.
Sur ses lèvres, un sourire s'étire. Devant ses yeux fatigués, il y a une silhouette qu'il ne connait que trop bien. Un sinistre grognement s'échappe de cette ombre. Du bout de sa lame, il dessine les contours. La bête est prise au piège, sous un bloc de béton écroulé depuis longtemps. Sans un remord, sans un regret, il plante son poignard entre les deux yeux de l'animal. Un filet de sang éclate et se dépose sur son visage. Écœuré, un masque de haine s'imprime sur son visage. Il déteste la crasse.

Juste devant lui, des marches amènent à un immeuble du quartier. Il les monte, lentement. Nulle besoin de se méfier de ses occupants. Tout le monde sur l'île est déjà mort. Et si ce n'était pas le cas, alors ça ne saurait tarder. Céphas est un tueur - il les tuerait. Lentement, il pousse la porte en bois et entre. Il est frappé par une vague odeur de brûlé, qui émanent de l'étage. L'endroit est plongé dans la pénombre ; il sort de sa poche une lampe torche. Le faisceau illumine la pièce quelques instants. Un canapé souillé, des déchets, des morceaux de verre. L'endroit est saccagé - c'est les inconvénients de l'Apocalypse. Il ne supporte pas le désintérêt de chacun pour l'hygiène. Vivre dans un monde de saleté est sa pire hantise. Sa maladie le ronge.
De sa poche, il sort un bandeau. Il camoufle son visage avec le tissu pour se protéger des mauvaises odeurs. Il ne supporte pas. Son pas lourd résonne alors qu'il traverse la pièce. Et puis, il y a un brusque mouvement, à sa gauche. En haut, un bruit retentit. Quelqu'un est en ces lieux.
Quelqu'un allait mourir.
Comme à la chasse, un sourire illumine le visage de Céphas. L'Apocalypse a aussi ses avantages. Lentement, il grimpe les marches qui le mènent à l'étage. Le couloir est vide. Il s'approche de la première porte, l'ouvre. Devant ses yeux, une silhouette lui tourne le dos. Une chevelure brune tombe sur un dos couvert. Il ne voit pas son visage, mais il reconnait les formes d'une femme. Une femme qui tomberait sous sa lame. « Et si vous vous retourniez pour que je vois votre visage ? » Sa voix, vieille et tremblante, résonne dans la pièce.
Dans l'air, un parfum familier emplit ses poumons. Il ne le reconnait pas tout de suite. Il ne le reconnaitrait pas avant que l'autre se retourne. Une éternité qu'il ne l'a pas vue, sa gamine. Et pourtant, elle lui a manqué. Comme à un père. Comme à un époux.


Dernière édition par Céphas Vlajac le Lun 27 Juin - 11:38, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
 Sujet : Re: pain in my heart / mirka   Dim 26 Juin - 17:16
[Pain in my heart]
C’est à se demander comment t’avais fait pour survivre avec ta folie, avec tes hauts et tes bas. T’avais jamais été bien dans cette famille, t’avais jamais été ce qu’il aurait voulu que tu sois. Qu’une gamine pour déplaire, qu’un fardeau dans le fond des prunelles des autres. C’est à se demander comment t’avais pu les crever, les tuer, les briser. Les monstres. Toi et ton caractère merdique, toi et ta vie qui n’a plus de sens. Tu avais voulu le retrouver, parce qu’il te faisait vibrer de trop même si tu te doutais que tu n’avais pas le droit. Les corps contrent le tien, mais le visage que tu dessinais sous tes yeux, lui. Lui que tu ne peux pas aimer. Lui que tu admires depuis gamine. Le seul à combler, les carences affectives au fond de ton corps, mais il t’a abandonné comme les autres, animal perdu.
Tu l’es encore. T’erres sans but. Tu combats, mais t’as pas de raison de le faire. Il y a ce goût de mort entre tes lèvres, l’odeur qui arrache le cœur mais que tu ne respires plus vraiment. T’as fini par te faire à l’odeur de la mort, t’as fini par te faire avec cette envie permanente de vomir, ton cœur au bord des lèvres. Toi. Toi qui changes d’émotion. Toi que personne n’a réellement compris sauf lui. Mais t’en doutes. Il t’aimait pas vraiment au fond. Tu l’aimes autant que tu le détestes, pour cet abandon qui te laisse ce sentiment d’amertume dont tu ne sais plus te défaire.

T’entends des pas, mais tu ne cherches pas à disparaître. C’est trop tard déjà. La mort de colle à la peau, elle se glisse dans les veines et tu survis, parce que c’est ce que tu sais faire maintenant, mais t’as plus de raison de survivre, t’as personne et tu te sens terriblement seule. « Et si vous vous retourniez pour que je vois votre visage ? » Les frissons qui passent sur ta peau, c’est plus fort que toi. T’as cette étrange impression que tu connais cette voix, mais ça doit être un mirage, des hallucinations de ta caboche malade. Tes phalanges s’emparent de l’arme qui est ton seul foutu moyen de défense dans ce monde, mais tu sais que ça risque d’attirer l’attention et c’est une mauvaise idée. Tu le sais. Ton souffle vacille. Tu te retournes pour faire face à l’autre, mais tu ne vois pas grand-chose. Il fait sombre. Il fait sombre pour que tu discernes bien les traits, mais t’as cette étrange sensation de familiarité qui te ronge. « Vous voulez quoi?» Tu devrais foutre le camp ou tirer, mais aux lieux de ça, tu t’approches pour voir le visage de celui qui te fait face. Tu t’approches et lorsque tu vois les traits, t’échappes ton arme sur le sol. T’as l’impression de retomber en enfance, t’as l’impression que ton palpitant vient éclater contre le sol. T’as l’impression que tu vas crever là, maintenant. Ta voix tremble un peu, tes mains aussi. Surement à cause du manque, surement à cause de lui. « Céphas?» Ta voix qui se perd dans un souffle ton cœur qui vacille, qui implose au fond de la poitrine et tu n’as que cette envie de le détester de t’avoir abandonné.

Revenir en haut Aller en bas
Céphas Vlajac
Membre des Corbeaux Noirs
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
DATE D'INSCRIPTION : 18/05/2016
MESSAGES : 80
CRÉDITS : 1605
PSEUDO : the road.
AVATAR : jeremy irons.
COPYRIGHTS : babine.
 Sujet : Re: pain in my heart / mirka   Dim 26 Juin - 18:16
[Pain in my heart]
Un étrange parfum emplissait ses poumons. Il ne le connaissait que trop bien, mais voilà une éternité qu'il ne l'avait pas enivré. C'était avant la quarantaine. C'était une autre vie, une autre époque. Un autre lui. Il avait admiré ce parfum des heures durant, jusqu'à la migraine. Et pourtant, aujourd'hui, il était incapable de le reconnaître. Une infinité de temps s'était écoulée depuis leur dernière rencontre. Si rencontre il y avait eu. Qui était cette silhouette, bon sang ? Son cœur s'accéléra au rythme de la nuit. Il prit appui contre la porte -il était toujours sur le seuil-, comme incapable de bouger. Sa vision se troubla un peu. L'âge avait eu raison de lui, il était un vieillard aigri, déçu et arrogant. Mais il avait encore la vie en lui et à cette femme, il la lui arracherait. En vieux pathétique qu'il était.

Ses sourcils se froncèrent. « Vous voulez quoi ? » Son visage se transformant sous un rictus infâme. Il resta silencieux. Autour de lui, le monde s'était arrêté. Cette voix. Cette voix venait d'un autre monde. D'outre-tombe, presque. Elle était morte depuis longtemps. Il l'avait enterrée jusqu'aux tréfonds de son esprit parce qu'il ne pensait jamais la revoir. C'était elle, cette voix qui avait tant murmuré au creux de son oreille. Lui, le sombre vieillard et l'enfant La pauvre fille, frêle et innocente qu'il avait souillé de son amour malsain. « Céphas ? » Instinctivement, son regard chercha le sol. Il baissa la tête ; la honte s'était imprégné de lui. Au fond de son torse, son cœur s'était brusquement tue. Elle s'était relevée, approchée. Son parfum se faisait plus fort encore. Elle avait toujours cette odeur sucrée et acidulée qu'il aimait tant. « Mirka ? » Ses mains se mirent soudainement à trembler. À lui aussi, son arme tomba au sol. La lame se refléta quelques instants dans la lueur des ténèbres, puis s'immobilisa. Il fit un pas en avant. Sa main se tendit vers elle, sa bien-aimée. Sa douce et fragile petite chose qu'il avait serré si fort, qu'il l'avait brisée. « C'est impossible. »
Oui, c'était impossible. L'île était en quarantaine. Mirka était de l'autre côté des murs. Dehors. Loin de lui. À jamais. Elle qui l'aimait tant. L'amour. Elle était venue le retrouver. Cette enfant. « Je... Mon Dieu, dites-moi que c'est un rêve. » Il aurait aimé rêver les yeux ouverts. Il aurait aimé qu'elle soit une hallucination, mais cet arôme qui émanait d'elle était bien réel. Soudainement, ses jambes cédèrent. Il s'écroula au sol en un bruit sourd. Au loin, des grognements se faisaient entendre. C'était toujours la même mélodie, dont il ne prêtait plus attention. Seule elle comptait. Seule son enfant existait, désormais.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
 Sujet : Re: pain in my heart / mirka   Dim 26 Juin - 18:45
[Pain in my heart]
Ton cœur qui bat trop fort. Ton palpitant qui se percute contre la cage thoracique. Tu rêves. T’es hors de la réalité. C’est l’impression que tu as, que tu es en train de rêver, que tu es en train de perdre pied. Ton corps qui tremble trop, parce que ça te fait un mal de chien de le revoir. T’as envie de le gifler. T’as envie de le prendre dans tes bras, mais tu ne sais pas quoi faire, tu ne sais pas quoi faire d’autre que de rester ancrer dans le plancher, incapable de bouger, de se rapprocher. « Mirka ? » La voix qui résonne dans ton crâne comme un mélodie malsaine, avec le temps, tu avais fini par comprendre que c’était plus que de l’amour pour un père, plus que ce que tu pouvais lui offrir. Toi la gamine. Lui. Le seul à t’aimer réellement et tu aurais voulu qu’il t’aime plus, encore plus que ça, mais tu n’as jamais su comment faire. Tu t’es toujours dit que c’était une connerie, une folie. « C'est impossible. » T’as l’impression que le sol s’effondre sous tes pieds, les cris, les râles des monstres en arrière que tu tentes d’éviter le plus possible. T’as envie de t’approcher, mais t’as envie de lui hurler ta haine au visage, ca serait plus simple, plus facile que d’assumer ce que tu ressens pour lui. T’en sais plus rien. C’est un mélange de trop de choses.

« Je... Mon Dieu, dites-moi que c'est un rêve. » Il manque de s’effondrer, tu tentes de le rattraper, mais t’es incapable, les genoux cognent contre le sol. Ça résonne. Ton cœur qui bat trop fort, ton arme sur le sol. T’es sans moyen de défense, depuis le début, depuis toujours. T’arrives à bouger, tes pas qui s’impriment dans le sol et tu t’approches de lui. Tes sentiments qui se mélangent, tu aimeras savoir comment réagir.
Tu t’approches et tu laisses tes genoux rejoindre le sol à ton tour, tu laisses tes paumes se poser contre le visage et t’as l’impression que tes mains brûlent contre son épiderme. Tu ne sais plus la dernière fois que tu as pu poser tes yeux sur son visage, laisser son odeur se percuter dans le fond de sa caboche. « Céphas.» Ton souffle qui se perd alors que tu as envie de le prendre dans tes bras, tu l’aimes toujours autant, tu as toujours été trop aveuglé par cet amour que tu ressens pour lui, par cette fascination que tu as toujours ressentie. Tes mains qui glissent tendrement contre le visage, qui viennent contre la nuque et tu as envie de te jeter contre lui, comme tu as toujours pu faire, comme quand tu étais encore gamine. Tu souffles. Tu as du mal à respirer. « Prends-moi dans tes bras.» Tu demandes. Tu ne sais pas quoi faire autrement. Tu as envie de lui hurler ta haine, mais trop de temps sans lui, c’est contre lui que tu as envie de te retrouver.

Revenir en haut Aller en bas
Céphas Vlajac
Membre des Corbeaux Noirs
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
DATE D'INSCRIPTION : 18/05/2016
MESSAGES : 80
CRÉDITS : 1605
PSEUDO : the road.
AVATAR : jeremy irons.
COPYRIGHTS : babine.
 Sujet : Re: pain in my heart / mirka   Lun 27 Juin - 9:38
[Pain in my heart]
Il est écroulé au sol, comme un cadavre désarticulé. Au creux de son torse, les battements résonnent de plus en plus fort. Il sent son cœur s'emballer, ses joues s'empourprer. Son regard se plonge sur ce parquet crasseux, empli de poussières. Autour de lui, tout s'arrête. Le temps n'est plus qu'un ennemi qu'il arrête de sa main tremblante. Il en oublierait presque son nom, si elle ne le lui avait pas rappelé de sa douce voix. Il revoit encore son visage de poupée et son rire résonner autour de lui, alors que le monde était encore debout. Il la revoit, sa jolie enfant. Heureuse et bienveillante. Et l'ombre traverse son visage. Il se souvient l'avoir abandonnée. Il l'a trahie. Trahie pour l'amour d'un fils bâtard - qu'il ne connaissait à peine. En laissant tout derrière lui, il avait laissé son enfant. Sa jolie Mirka.
Il pose une main sur son torse. Il sent son cœur cogner fort. Trop fort. « Céphas. » La main de l'enfant se pose sur son visage. Il se met soudainement à trembler. Son regard se pose finalement sur Mirka. Elle a toujours la fragile beauté d'un enfant. « Prends-moi dans tes bras. » Il reste immobile. Au creux de ses yeux, une larme se forme. Il l'essuie du revers de la main. Ce n'est pas un rêve, il le sait. Le parfum de Mirka est trop fort pour être le fruit de son esprit. Ce parfum si délicat, dans lequel il aimait tant sombrer. « Mirka. » Il passe une main dans les cheveux de l'enfant. Ils sont doux et ils lui avaient terriblement manqué. La perdre, la retrouver. C'est ainsi qu'il sait ô combien elle compte pour elle. Elle est précieuse, sa Mirka. Un diamant doré qu'il avait brisé de ses os ruisselants. « Pardonne-moi, Mirka. » Il pose une main sur sa joue et de son autre bras, encercle son corps de velours. Il la sert contre elle. Son visage plonge dans ses cheveux. Il sombre dans cet arôme divin.
Alors, le temps s'arrêt. Le monde cesse de tourner, de divaguer. Autour de lui, tout devient soudainement laid. Seule Mirka demeure d'une beauté inouïe. « J'aurais tout fait pour te retrouver. » Sa voix se brise, sa gorge se serre. Il sent les larmes teinter ses rides. Le mensonge glisse sur ses lèvres, il le sait. Mais c'est ce qu'il aurait aimé, au fond de lui - la retrouver. Il aurait aimé quitter cette île et reprendre une vie stable à ses côtés. Aux côtés de l'enfant. Mais la quarantaine l'avait piégé et désormais, c'était trop tard. Il avait coulé comme un navire. Et Mirka l'avait sortie des abysses. Elle le sauverait de cet Enfer, avec sa douceur habituelle. « Si tu savais à quel point la culpabilité me ronge, mon enfant. » Il n'ose pas la lâcher, de peur de la perdre. Ses bras se referment un peu plus autour d'elle. Il l'étoufferait de son amour, s'il le pouvait. Ses lèvres s'approchent du creux de ses oreilles. « Pardonne-moi. » murmure-t-il, une nouvelle fois encore.
Aux tréfonds de son âme, il sent un volcan bouillir. La peur qu'elle le repousse le fige. Il ne veut pas la perdre. Pas une seconde fois.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
 Sujet : Re: pain in my heart / mirka   Lun 27 Juin - 13:23
[Pain in my heart]
Tu te laisses tomber près de lui, les mains qui se posent sur la peau du visage. T’as envie qu’il te regarde, comme t’as envie de lui dire que son départ à créer un vide immense dans le fond de ses tripes. Tes mains qui restent contre la peau et les regards qui finissent par se croiser, les yeux par se confrontent un moment et tu sens ton cœur qui s’emporte, qui bat outre mesure dans le fond de ton petit corps. « Mirka. » Tes yeux qui se ferment sous la caresse, sous la paume que tu sens contre l’épiderme, qui vient filer dans les cheveux pendant un moment. Ton cœur s’emballe un peu plus. Lui pour t’aimer. Le seul, mais il t’a abandonné. Tes émotions trop fortes, celle qui change à cause de ce trouble bipolaire qui n’a fait qu’empirer. T’as cette envie de pleurer qui te prend à la gorge, mais tu ne veux pas. « Pardonne-moi, Mirka. » Ton corps qui retrouve le sien, la chaleur qui te manquait, la chaleur que tu voulais alors que tu fermes les yeux. Tu n’es plus une enfant. Tu n’as plus besoin de lui pour veiller sur tes nuits, tu n’as plus besoin de lui comme père. Vous n’avez pas le même sang. Tu l’aimes trop, mais tu le détestes pour la peine qui te ronge encore. Tes yeux se ferment. Ta tête retrouve l’odeur que tu as toujours aimée de trop et tu ne parles pas, tu ne trouves pas la force de le faire. Tu te contentes de rester là. T’as peur de parler, parce que t’as peur de ce que tu pourrais lui dire. Tu n’as pas envie de le perdre.

« J'aurais tout fait pour te retrouver. » Tes mains finissent par se poser dans le dos, tu te laisses tomber contre le corps, tu n’as plus la force de supporter la peine que tu portes depuis des années, depuis qu’il n’est plus là. Ton corps qui tremble. À cause du manque. À cause de lui. Parce que t’étais tombé dans la crasse le moment où tu avais quitté la maison. La drogue. Les conneries. Le corps à donner aux autres, mais tu t’en fichais complètement. Ce n’est pas eux que tu voulais. « Si tu savais à quel point la culpabilité me ronge, mon enfant. » T’es envie de parler, mais tu ne trouves pas les mots que tu as envie de dire. Entre la haine et l’amour. Maintenant, t’es simplement contente d’être là, de l’avoir retrouvé, de savoir qu’il n’est pas un de ces cadavres pourrissants pour la tuer. « Pardonne-moi. » Tu voudrais, mais t’as pas la moindre idée de si tu auras la force de le faire. Tu restes là. Comme une gamine. Dans ses bras. Tu restes là. Sans bouger. Tu restes là. « J’avais peur que tu sois mort.» C’est la seule chose que tu arrives à dire alors que ton visage est enfoui dans le creux de son cou. Tu ne devrais pas l’aimer. Tu ne devrais pas avoir imaginé son visage à la place d’autres. Tu sais que ce n’est pas bien ce que tu ressens. Tu sais que ce n’est pas saint, mais tu sais pas le chasser. « Pourquoi tu m’as abandonné.» Les sanglots que tu enfermes dans la gorge, tu n’as pas envie de pleurer, t’as plus de larmes pour filer sur les joues. T’as déjà trop pleuré Mirka. L’odeur qui reste dans tes poumons alors que ton corps finit par quitter le sien, tu le regardes, tu laisses tes yeux l’observer un moment. Tu voudrais comprendre, mais tu peux surement pas.
Revenir en haut Aller en bas
Céphas Vlajac
Membre des Corbeaux Noirs
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
DATE D'INSCRIPTION : 18/05/2016
MESSAGES : 80
CRÉDITS : 1605
PSEUDO : the road.
AVATAR : jeremy irons.
COPYRIGHTS : babine.
 Sujet : Re: pain in my heart / mirka   Lun 27 Juin - 20:07
[Pain in my heart]
Céphas tremble. Il a peur de bouger, d'annuler cette magie qui s'élève dans cette pièce. Il a peur de rompre ce sortilège qui l'émerveille tant. Pourtant, sa main sert un peu plus le corps de l'enfant contre le sien. Il sent la chaleur de sa peau contre la sienne. Son cœur devient fragile ; il bat trop fort pour son vieil âge. Mirka l'enfonce dans sa tourmente - ni angoissante, ni rassurante. « J’avais peur que tu sois mort. » Il se fige. Son souffle se coupe quelques instants, le temps d'encaisser le choc. Il avait peur d'être mort, lui aussi ; que cette île soit l'Enfer, et Mirka le Paradis qu'il n'atteindrait jamais. Pourtant, ils étaient en vie. Il parvenait à sentir son cœur palpiter dans sa poitrine. Il parvenait à renifler chacun de ses arômes - il connaissait presque chaque parcelle de sa peau. En bon oncle trop aimant qu'il était.

Mirka caresse sa peau, ses cheveux. Il la serre un peu plus encore. Il veut l'étouffer, la posséder pour que jamais plus elle ne le quitte. Mais il ne peut pas. L'enfant n'est pas la sienne. L'enfant a appris à voler de ses propres ailes. Et puis, soudain, la magie se brise. Mirka a cassé la bulle dans laquelle ils s'étaient enveloppés. « Pourquoi tu m’as abandonné. » Elle le laisse tomber, recule et brise ce contact puissant. Céphas baisse le visage. Ses yeux fouillent une nouvelle fois le sol. Crasse, souillure, poussière - à l'image de son existence. « Je n'ai aucune excuse pour t'avoir fait subir ça, Mirka. Je suis un monstre, je le sais. » Un soupir s'échappe d'entre ses lèvres. Il ancre son regard dans celui de l'enfant. Elle est si belle, si douce. Si fragile. Elle ne méritait pas sa colère. Elle ne méritait pas l'abandon. Mais c'était trop tard pour reculer ; la culpabilité ne le rongeait plus. C'était des regrets, des remords, des erreurs. C'était tant pis. « Je pensais que tu étais assez forte pour vivre sans moi. » Il se relève, s'approche d'elle. Il tend une main amicale et bienveillante vers l'enfant, mais n'attend pas qu'elle lui tende la sienne. Il se saisit de son bras et l'attire vers elle. Ses doigts s'accrochent à son bras, il pose un regard sévère sur elle. « Pourquoi t'es ici ? Pourquoi t'es à Manhattan ? » Les mots s'évadent de ses lèvres - il ne contrôle pas son intonation. Le ton est sévère, malsain. Pleins de reproches.

Il aurait aimé ne jamais la revoir - la savoir en sécurité avec sa famille. Un sentiment de haine profonde, de mépris envers lui-même l'envahit. Il avait abandonné Mirka. Elle est venue le chercher. Elle en payerait le prix, car elle n'a pas sa place sur cette île. C'est une créature fragile, innocente et précieuse. Elle est bien trop belle pour des cadavres éveillés, des éclats de sang et d'os. Elle ne mérite pas de voir le monde s'effondrer. Et pour ça, il ne se pardonnerait jamais. Alors il la lâche, recule de quelques pas. Il va s'installer devant l'unique fenêtre de la pièce, où un mince filet de lumières dévoile leurs visages tristes. Dehors, le ciel est laid, sombre et triste. À l'image de leur couple qui ne cesse de sombrer dans la démence.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
 Sujet : Re: pain in my heart / mirka   Lun 27 Juin - 22:55
[Pain in my heart]
Elle s’éloigne, la gamine. Parce qu’elle sent les rancunes qui font surface au fond du ventre, parce qu’elle a envie de lui cracher la haine au visage pour le départ. Elle avait toujours eu besoin de lui et le vide n’avait été qui pire, impossible à combler. « Je n'ai aucune excuse pour t'avoir fait subir ça, Mirka. Je suis un monstre, je le sais. » Les mots qui restent coincés dans le fond de la gorge, elle n’arrive pas à parler, elle n’arrive pas à pardonner. Pas aussi rapidement. Pas comme ça. Pas maintenant. Que la mort qui rôde autour. Elle pourrait les rejoindre, les créatures. Elle aurait pu depuis longtemps, parce qu’elle est trop fragile pour être ici, elle compte sur les autres, elle se cache, elle vol. « Je pensais que tu étais assez forte pour vivre sans moi. » Le cœur sur le point d’éclater, sur le point d’imploser, les rancœurs qu’elle ne sait effacer. La main qui se tend, mais elle se contente de se défaire du sol crasseux, de croiser les bras contre la poitrine alors qu’elle peine à défaire son regard de lui.

Il se défait d’elle. Elle ne bouge pas. Elle se contente de laisser ses iris glisser contre le sol et les paroles froides lui font mal, un coup de couteau dans le cœur. « Pourquoi t'es ici ? Pourquoi t'es à Manhattan ? » Elle n’en pouvait plus d’être loin de lui, de sentir le vide à même de la tuer doucement, de la réduire à néant. Les bras qui se croisent contre le corps, les bras qui la referment de lui. Elle ne bouge pas. Les sons glauques en arrière-plan. La voix qui se ferme à son tour. La voix qui se fait plus froide. Elle l’ambivalente. Elle. La bipolaire. La grande malade. « Qu’est-ce que ça change. Je suis là. Je ne peux pas sortir. Je ne peux pas retourner en arrière. J’étais enfermée là-bas aussi. Juste que c’était une cage différente. Alors franchement, crever d’une overdose là-bas ou finir broyé par un de ces monstres. Ça ne change rien à mes yeux.» Les moques claquent, les mots qu’elle envoie valser et l’arme qu’elle ramasse contre le sol pour remettre à sa place. Le manque qui rend fou. Le manque qui fait trembler le corps trop souvent et la drogue manque, elle n’arrive pas à trouver, elle n’arrive pas à mettre de la main sur la poudre précieuse. Les mots qu’elle ne mâche pas. Il ne sait rien d’elle. De sa vie. Il ne sait pas qu’elle se droguait. Il n’était plus là pour elle, alors elle dit les mots un peu trop fort, elle les lance, elle les balance. Les pas qui arpentent le sol. Prise au piège aussi ou sa vie d’avant. Ça ne change rien pour elle. Ça ne devrait rien changer pour lui. Elle n’a pas envie de lui dire qu’elle était ici pour le revoir. « Ça ne sert à rien de parler de ça. Il n’y a aucun moyen de sortir de toute façon.» Un souffle. Elle s’approche. Elle se pose dans le dos, elle laisse les paumes passer sur le corps, venir l’entourer et elle se colle dans son dos. Elle change trop rapidement de comportement. « Me laisse plus.» La demande à demi soufflée, la vérité.

Revenir en haut Aller en bas
Céphas Vlajac
Membre des Corbeaux Noirs
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
DATE D'INSCRIPTION : 18/05/2016
MESSAGES : 80
CRÉDITS : 1605
PSEUDO : the road.
AVATAR : jeremy irons.
COPYRIGHTS : babine.
 Sujet : Re: pain in my heart / mirka   Mar 28 Juin - 18:45
[Pain in my heart]
Ses mains tremblent encore. Céphas sent les sentiments empoigner son cœur, grimper le long de sa colonne vertébrale et le saisir. La pression monte au creux de sa gorge ; il retient une quinte de toux. Il ressent l'immense besoin de recracher la haine de lui-même, les remords causés par ses torts. Un poids lourd pèse sur ses épaules, déjà abîmées par le temps. Son corps est vieilli, il est recroquevillé. Comme il aimerait revenir en arrière, retrouver sa jeunesse d'antan auprès de Mirka. L'impossible hante ses pensées, alors il se contente de cette fenêtre et de ce ciel qui s'ouvre devant ses yeux. Il n'ose pas regarder l'enfant ; il aurait trop honte de plonger dans ses yeux azurs et de s'y perdre. La voix douce de Mirka le réveille de ce vide dans lequel il avait plongé, le temps de quelques secondes. « Qu’est-ce que ça change. Je suis là. Je ne peux pas sortir. Je ne peux pas retourner en arrière. J’étais enfermée là-bas aussi. Juste que c’était une cage différente. Alors franchement, crever d’une overdose là-bas ou finir broyé par un de ces monstres. Ça ne change rien à mes yeux. » Elle a raison, l'enfant. Elle est coincée sur cette île, destinée à se faire contaminer par le virus. Mais malgré tout, il ne veut pas y croire.

Devant ses deux billes foncées, une silhouette se dessine alors. C'est Mirka - Céphas reconnaîtrait ses courbes parmi des milliers d'autres. Elle se balance sur elle-même, les bras ballants et la bouche en sang. Le visage écarlate, la peau putride ; Mirka zombie. Il n'ose pas imaginer davantage. Son regard dévie soudain de ce ciel imaginaire, couleur rougeâtre. Il regarde la rue, qu'il surplombe. « Ça ne sert à rien de parler de ça. Il n’y a aucun moyen de sortir de toute façon. » Elle a raison, une nouvelle fois encore. Elle a toujours raison - elle est pleine de sagesse, de bonté, de bienveillance malgré son jeune âge. Tout son inverse. Il est une ombre, alors que Mirka est une lueur tombée des cieux. Il ne la mérite pas, mais c'est trop tard. Elle est là, sur cette île. Pire encore, elle est contre lui.
Les bras de l'enfant encercle son corps. Il se maudit de porter cet épais manteau noir ; il aimerait sentir son souffle contre sa peau. Mais il ne peut pas. Il ne veut pas. Mirka le perturbe. Elle lui donne des pensées malsaines, comme son visage logé au creux de son cou. Comme ses doigts prés de ses reins.

Il pose fermement ses mains sur ses deux bras et les retire. Il les jette et la rejette. Il ne veut plus d'elle, il ne veut plus cette infâme et horrible tentation qu'est son corps. Mirka est pire qu'une sorcière. Elle l'ensorcèle. « Mirka, tu ne peux pas rester ici. » Il contourne l'enfant et retourne se loger sur le seuil de la porte - là d'où il vient. « C'est trop dangereux pour toi. Je ne veux pas que... » Il se tait quelques secondes ; les mots s'écorchent sur ses lèvres vieillies. « ... que tu meurs. Je ne veux pas que tu meurs. » Il tourne la tête, cache son visage dans les ténèbres. Il ne veut pas qu'elle voit ses joues devenir écarlate. Il ne veut pas qu'elle sache qu'il tient à elle jusqu'à en crever. « Si tu restes avec moi, tu mourras. Je ne suis pas un homme bien, dans ce monde. » Il murmure, tant il regrette presque de lui avouer.
Il est devenu un monstre, une bête dont elle ignore l'existence. Abner l'a transformé et à fait ressortir ses pires démons. Des démons que Mirka était parvenu à enfuir jusqu'au plus profond de son être, pourtant.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
 Sujet : Re: pain in my heart / mirka   Jeu 30 Juin - 1:08
[Pain in my heart]
Elle s’approche. Le confort du dos qu’elle retrouve. L’odeur qui manque. La présence qu’elle veut. Les mains qu’il repousse et elle fait un pas en arrière, elle manque perdre pied, mais elle reprend l’équilibre. Le refus. Encore. C’est en train de la rendre folle, c’est ce qui est en train de la tuer à petit feu. La mort. La mort qu’elle aurait dû trouver avant. Surement. « Mirka, tu ne peux pas rester ici. » Les questions qui tournent en boucle dans le fond du crâne, la voix de Céphas qui se fait plus froide et le cœur qui implose, le cœur qui fait mal de trop. « C'est trop dangereux pour toi. Je ne veux pas que... » Il la contourne. Elle ne bouge pas. Elle reste plantée là sans être capable de bouger, de parler. « ... que tu meurs. Je ne veux pas que tu meurs. » Elle ne dit rien, elle le laisse parler. Elle ne sait pas ce qu’elle doit dire. Elle ne doit pas ce qu’elle doit faire. Le cœur qui bat trop fort. « Si tu restes avec moi, tu mourras. Je ne suis pas un homme bien, dans ce monde. » La tête qui se secoue. Elle ne bouge pas. Pas encore. Elle n’a pas envie de se retrouver seule, pas maintenant. Elle ne serait pas capable de survivre. Pas sans lui. Pas une fois de plus. Elle ne peut pas l’accepter, elle ne veut pas.

Mirka, elle s’approche, elle laisse ses pieds se percuter doucement contre le sol. Elle s’approche. Une fois de plus. Elle ne peut plus supporter d’être loin de lui encore. Il n’a pas envie de se faire rejeter une fois de plus. Elle ne le supporterait pas Mirka. Le souffle qui vacille et les larmes qui montent aux yeux. Elle n’a pas envie de pleurer, elle n’a pas envie qu’il puisse la voir aussi faible, mais elle ne sait pas comment faire autrement, elle est malade. Elle passe d’une émotion à l’autre sans pouvoir le contrôler.
Un pas de plus. Les larmes qui filent contre la peau fragile. « Tu n’as pas le droit de m’abandonner. Pas encore.» Elle retient les sanglots dans le fond de la gorge. Les deux paumes qu’elle pose contre le visage une fois de plus, elle le force à poser ses iris dans le fond des siens. Elle s’en fou de ce qu’il fait. Elle s’en fou de ce qu’il peut faire pour survivre. Elle a juste envie de rester près de lui. Simplement. C’est ce qu’elle a toujours voulu. Les paumes qu’elle n’ose pas retirer du visage. Un pas. Elle s’approche de trop. Elle fait exploser la distance entre eux. Les souffles qui se mélangent, le sien qu’elle sent contre son visage et le cœur qui bat de trop. « Je vais mourir sans toi. Je vais mourir avec toi.» Le regard qu’elle porte dans le sien. « Juste.. Me laisse pas Céphas. Je peux pas le supporter. Pas encore.» Elle pourrait l’embrasser. Elle voudrait. Elle l’aime. L’aime plus qu’un père, plus qu’un oncle, plus que n’importe quoi de ce foutu monde et elle sait que c’est malsain, elle sait qu’elle n’a pas le droit.

Revenir en haut Aller en bas
Céphas Vlajac
Membre des Corbeaux Noirs
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
DATE D'INSCRIPTION : 18/05/2016
MESSAGES : 80
CRÉDITS : 1605
PSEUDO : the road.
AVATAR : jeremy irons.
COPYRIGHTS : babine.
 Sujet : Re: pain in my heart / mirka   Jeu 30 Juin - 12:35
[Pain in my heart]
Malgré les siècles écoulés depuis leur dernière rencontre, Mirka n'a pas changé. Elle est toujours aussi douce, fragile et innocente. Il l'aime ainsi et c'est bien ça le plus triste. Céphas aime l'enfant ; ce n'est pas l'amour d'un père, ni d'un oncle. C'est un amour inouï, qui dépasse l'entendement. Un amour sans chair, mais un amour qui l'étouffe. Comme si Mirka serait à jamais son âme-sœur ; une âme injustement attachée à son sang. Une nièce et rien de plus - le monde est toujours injuste avec lui. Comme pour se réconforter, il plonge son visage dans les ténèbres. Un instant, son regard se promène dans le couloir par lequel il est venu. L'endroit est brûlé, rongé par la crasse. Il se sent comme chez lui, pourtant ; le parfum de l'enfant empli l'air. Il le rend beau, frais et réconfortant.
Pourtant, en son cœur, Céphas est ravagé. Il ne sait que faire face à elle et à son corps si doux. Ses mains veulent caresser ses cheveux, sa peau frôler son corps et son visage s'enfoncer dans son cou. Mais il ne peut pas. Il ne veut pas. Parce que c'est mal, dirait-on. Même si le monde autour d'eux est ravagé, saccagé par des morts devenus vivants, il serait immoral de céder à la tentation. De céder au corps de Mirka. Si seulement les choses devenaient plus simples par un claquement de doigts. Si seulement il pouvait retrouver le confort de l'étreinte de l'amour d'antan - sa maître corbeau.

Mirka le sort de ses pensées. Sa voix résonne dans son esprit, il se tait. « Tu n’as pas le droit de m’abandonner. Pas encore. » Abandonnée, oui. Il l'a abandonnée, laissée derrière lui sans un remord. Mais il est  trop tard pour revenir en arrière. Trop tard pour la garder auprès de lui. Il est devenu un monstre depuis cette fin du monde inattendue. Si Mirka reste auprès de lui, elle mourra. En ce monde, trop d'âmes veulent la mort de ce bourreau. Mais Mirka est innocente. Elle ne comprend pas. Elle ne veut même pas comprendre. Tout ce qu'elle cherche, c'est le faire céder. Faire en sorte que leurs lèvres se rencontrent. Comme si c'était possible. Alors Céphas sent la colère l'animer, alors qu'elle porte ses mains à son visage. Il tremble alors qu'un frisson parcourt son corps tout entier. « Je vais mourir sans toi. Je vais mourir avec toi. Juste.. Me laisse pas Céphas. Je peux pas le supporter. Pas encore. » Son souffle se coupe quelques secondes et puis, il reprend ses esprits. Il ne sombrera pas dans le regard de l'enfant. Pas ce soir.
Ce soir, il résisterait. Ses mains se posent sur les poignets de Mirka. Il la repousse avec violence - elle manquerait presque de perdre l'équilibre. « Ne fais pas l'enfant, Mirka. » Sa voix crache la haine qu'il a enfui envers lui-même depuis des années. Toute la rancœur, les remords, les regrets et les erreurs d'antan s'abattent sur l'enfant. Car elle est toujours une enfant, à ses yeux. Elle le sera toujours, face à son vieil âge.
Seulement, il veut que Mirka le déteste. Que Mirka l'abandonne à son tour. Pour la sauver, l'épargner de la fureur et de la cruauté du groupe auquel il appartient désormais. Les Corbeaux Noirs. Et si Maître Corbeau s'aperçoit que Mirka est trop proche de lui ? Il n'ose imaginer ce qu'elle lui réserverait. La mort, le ring, sans aucun doute. Elle l'achèverait de sa canne-épée sans un regret. Cette foutue salope. Céphas se racle la gorge ; il ne sait comment combler le silence qui pèse entre eux, désormais. « Tu es grande, Mirka, mais tu te comportes comme un vulgaire... bébé. Tu peux te débrouiller sans moi, maintenant. J'ai autre chose à faire que du babysitting. » hurle-t-il. Sa main vole dans les airs et, subitement, s'abat sur la joue de l'enfant. Une gifle qu'il aurait aimé recevoir lui-même. Il le mériterait. Sauf que Mirka en serait incapable. Elle est bien trop fragile, trop douce. Trop innocente, cette foutue gamine. Pourvue qu'elle le déteste, désormais.  
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
 Sujet : Re: pain in my heart / mirka   Ven 1 Juil - 23:50
[Pain in my heart]
À chaque fois qu’elle fait un pas vers lui, il la repousse, il lui lance les mots qui font du mal. Mirka. Elle a simplement envie de se blottir au fond de ses bras et ne plus bouger. Le corps qui se fait repousser et la jeune fille qui manque de s’écraser contre le sol. Il la repousse. Elle revient. Elle agit comme une enfant, mais elle ne supporte pas de le perdre une fois de plus, elle ne peut pas, elle ne veut pas. « Ne fais pas l'enfant, Mirka. » Elle finit par reprendre l’équilibre et elle ne bouge plus Mirka, elle laisse son regard se poser dans le sien. Elle n’arrive pas à parler, elle n’arrive pas à répondre parce qu’elle a l’impression qu’il brise son petit cœur entre ses doigts sans le moindre remords.
Un pas de plus. Parce qu’elle a envie de répondre, mais la voix froide lui glace le sang. « Tu es grande, Mirka, mais tu te comportes comme un vulgaire... bébé. Tu peux te débrouiller sans moi, maintenant. J'ai autre chose à faire que du babysitting. » La claque qui arrive sur le visage, le coup qu’elle ne voit pas venir et l’équilibre qu’elle perd. Parce qu’elle ne s’attendait pas à ça, parce qu’elle est sous le choc maintenant. La main qui se pose contre son visage, la marque sur la peau blanche. Cette impression que la marque brûle encore sur la peau, que la joue lui fait terriblement mal. Elle souffle. Elle laisse son regard se poser sur lui. Les yeux qui s’emplissent de larme, la vue brouillée par cette envie de pleurer.

Mirka. Elle se défait du sol. Elle ne parle pas. Pas tout de suite. Elle recule. Elle n’a plus envie de s’approcher. Elle n’a plus envie de lui parler. « T’es fou?» La voix qui monte d’un cran. Elle hurle. Un peu trop fort. Elle risque d’attirer l’attention. Peu importe. Elle s’en fou. « C’est quoi ton problème Céphas?» La voix qui se coupe sous les larmes qu’elle tente de retenir. Un pas en arrière. Elle tourne le dos. Elle n’a plus envie d’être là. Plus envie d’être dans la même pièce.
Elle s’extirpe. Elle file dans le couloir, vers les escaliers d’où elle est arrivée, pas les même que Céphas. Elle s’enfuit. Elle n’a plus envie de le voir dans son champ de vision, elle n’a plus envie de lui adresser la parole.
Les escaliers qu’elle dévale. Elle ne remarque pas. Elle ne voit pas l’ombre au loin. Un monstre qui se dessine alors qu’elle arrive trop près. Un cri qu’elle lâche, les mains qui le repousse et il bascule dans les escaliers, mais il risque de revenir à l’assaut, il risque de venir la crever. L’arme qu’elle prend entre les doigts. Elle n’a pas le choix de tirer. Elle n’a pas le choix de se défendre, mais les mains tremblent trop à cause de ce qui vient de se passer, à cause de ce qui vient de se produire avec Céphas.

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
 Sujet : Re: pain in my heart / mirka   
Revenir en haut Aller en bas
 
pain in my heart / mirka
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» La pêche au pain: une des "pêches à papa"
» Amorçage au pain
» Utilisation d'attractant et de pain pour carnassiers
» No-pain-no-gain-71
» L'calou74 et l'lacustris en quête......de pain

 :: LES ÉCRITURES SACRÉES
Sauter vers: