AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



  
 CÉPHAS ▲ LE CRIME
Céphas Vlajac
Membre des Corbeaux Noirs
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
DATE D'INSCRIPTION : 18/05/2016
MESSAGES : 80
CRÉDITS : 1605
PSEUDO : the road.
AVATAR : jeremy irons.
COPYRIGHTS : babine.
 Sujet : CÉPHAS ▲ LE CRIME   Jeu 19 Mai - 13:10
Céphas_Vlajac
IDENTITÉ : Céphas Vlajac.
AGE : 66 ans.
DATE DE NAISSANCE : 12/01/1950.
LIEU DE NAISSANCE : New York, USA.
PROFESSION : Médecin légiste / Membre des corbeaux noirs.
STATUT CIVIL : Marié.
LOCALISATION ACTUELLE : Inconnue.
ARME DE PRÉDILECTION : Poignard.
GROUPE : Les Corbeaux Noirs.

TRAITS DE CARACTÈRE : Égoïste - Froid - Manipulateur - Perfectionniste - Impulsif - Impatient - Irréfléchi - Autoritaire - Paranoïaque - Osmophobe.

DÉCÈS POSSIBLE : Non.
RISQUE DE DÉCÈS : (70%).
[IRL_THE ROAD]
Je m'appelle THE ROAD, j'ai 20 ans et je vis en France.
Je fais du RPG depuis plus de cinq ans, de même pour le graphisme et le codage. Je suis une grande fan de fantastique et de post-apocalyptique.  

Concernant ma présence, je serai là quotidiennement, bien que des absences seront fréquentes.  
APTITUDES : Tir (20%) - Combat au corps-à-corps (60%) - Médecine (100%) - Charisme (80%) - Endurance (10%) - Chasse (80%).

MASQUE DE CONTAMINATION : Niveau 01.

NOMBRE D'INFECTÉS TUÉS : environ 500 (+ humains).

Depuis toujours, il trouvait en la Mort quelque chose de fascinant. Il y avait quelque chose dans cette rigidité qui l'obnubilait ; la rigidité cadavérique. À jamais, ses phalanges caressaient les hanches de ces corps, affalés sur les tables glacées. Son regard se plongeait dans tous ces yeux, dénués de vie. Il se sentait revivre, alors que ses lèvres s'embrasaient sur la langue de la Mort.

IL L'AVAIT ÉCRASÉE DE SES DOIGTS TREMBLANTS / Il voyait encore son visage danser devant son regard, inanimé. Il l'entendait encore, ce hurlement infâme qu'était celui de la vie. Il avait été là, une dernière fois. Les nuits n'avaient pas suffi pour calmer l'ardeur de sa peau. Il avait eu soif de sentir ses reins contre ses hanches ; la jeune demoiselle emplie de beauté. Elle avait été douce, comme une nuée de cotons. Il l'avait souillée de son corps infâme, de son regard salace. Avec ses lèvres sèches et ses vieilles rides, il avait saccagé son corps et son âme. Son âme, il l'avait écrasée de ses doigts tremblants. Il lui avait gâché la vie, à jamais. Ses coups de reins avaient été coups de feu. Elle était morte de rage. Il avait hurlé, cet enfant. Il criait déjà à la vie sa haine immense et son triste désir. Le désir d'avoir un père, presque un maître. Et sans un regard, et sans une caresse, Céphas s'était évadé. Il l'avait abandonné.

IL N'AVAIT PAS EU PEUR DU DÉMON, CAR IL ÉTAIT CE DÉMON / Lorsqu'il avait retrouvé ce fils perdu, il s'était senti renaître. Il avait vu en lui ce qu'il avait toujours cherché à faire taire. Le besoin de lâcher la Bête. Il n'avait pas eu peur du démon, car il était ce démon, qui sommeillait en lui depuis toujours. Ses bras avaient entouré la taille de ce fils. Il l'avait serré jusqu'à l'étouffer. Le fils lui avait murmuré au creux de son oreille quelques paroles. À jamais réunis. C'était comme si ce garçon était la clé qui retenait ses pulsions sadiques, tant enfuies au fond de son âme. Son fils avait ouvert la porte des ténèbres et tous s'étaient échappés. Il s'était trouvé en lui, comme si auparavant, il n'avait jamais existé. C'était une résurrection, une renaissance qu'il avait tant convoité. Il vivait enfin, alors qu'autour de lui, tout n'était que pénombre.

[ 24 DÉCEMBRE 2015 ]
Il sentait ce parfum étrange qui flottait dans les airs. Un arôme divin, mêlé de peur et de haine. Il en avait humé les mille saveurs des nuits entières, alors que les grognements des morts vivants résonnaient jusqu'à ses oreilles. Sa main droite tremblait, comme toujours. Il avait l'habitude de perdre le contrôle, alors que le démon grimpait dans sa chair. Sous ses yeux, la neige tombait. Il s'avançait dans les ténèbres, le cœur lourd.
C'était sa mort. Les étoiles couvraient le ciel au dessus de lui. Ses pas frappaient le sol, au rythme incassable des battements qui, eux, cognaient son torse. Tel un chasseur, il poursuivait sa proie. Nulle besoin de courir, il était maître de la traque. Bientôt, son poignard s'enfoncerait dans la chair putride. Les os craqueraient sous ses doigts épais, le sang giclerait de ses yeux vides. Sa peau deviendrait froide et il serait un cadavre de plus entre ses mains.
Sous son regard animal, l'ombre se dessina. Son poing se hissa, haut dans le ciel, et se fracassa contre le crâne de sa victime. Il ne s'attarda pas sur la première écorchure, ni sur toutes les autres. Le sang ne l'intéressait pas. C'était le parfum qui l'intéressait. L'odeur de la crainte qui suintait dans les airs, qui pullulaient comme une fumée dense. Le reste n'était qu'une mascarade pour assouvir ses véritables pulsions. Les pulsions des arômes divins qui emplissaient ses poumons. Comme toujours, ça avait commencé par un murmure. Ils faisaient naître la crainte dans l'esprit des proies. De simples animaux et rien de plus, à leurs yeux. « Qui sommes-nous ?  » menaçaient-ils toujours, le regard ébranlé.
Pour Céphas, la peur leur donnait un parfum acidulé. C'était comme ça, que ça avait commencé. Il plongeait toujours ses yeux ténébreux dans le regard de ses victimes, alors que la lame venait danser sur leurs côtes. Il humait leur arôme. Mille arômes qu'il traquait tant. « Nous sommes ta mort.  » murmuraient-ils, en un écho.

[ Ne vous laissez pas distraire, soyez vigilants. Votre adversaire, le diable, rôde autour de vous comme un lion rugissant, qui cherche quelqu'un à dévorer. ]

Revenir en haut Aller en bas
 
CÉPHAS ▲ LE CRIME
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Supporter le PSG n'est pas un crime, le regarder oui !
» Rally is not crime!!!!!!
» Je dois vous avouer mon "crime" -- Ah ben c'est déjà fini !!
» Un Bisou n'est pas 1 crime
» petit souci avec mes sub, help!!!! ^^

 :: AU-DELÀ DES PORTES DE L'ENFER
Sauter vers: